1598 : Édit de Nantes, 2015 : Dandy De Nantes...

Vous êtes ici : Accueil » Sorties » Review »

Le Café du Passage

Café - restaurant

Google Maps, Le Café du Passage, Café - restaurant à Nantes1 place Félix Fournier - Royale - 44000 Nantes
Le Café du Passage, Café - restaurant à Nantes

Café comme on n’en fait plus, dans un passage comme on en trouve peu, le Café du Passage est tout un monde en miniature. Mais un monde grandeur nature ; en taille réelle. Tout logiquement, c’est Le Monde sous le bras que le Dandy choisit d’en franchir le seuil. Terrasse ouverte sur la place Félix-Fournier à l’ombre de la basilique Saint-Nicolas ou terrasse couverte sous le passage d’Orléans, le Café du Passage offre à celui qui s’y arrête le spectacle de son nom : c’est, authentiquement, un lieu de passage.

...laissez passer ces P’tits Papiers et venez vous refaire La Cerise...

Passent les heures, passent les gens, passe le temps à les observer. Deux jeunes étudiants chinois boivent un chocolat chaud à côté d’un groupe de cadres masculins sans cravate amateurs de pintes, un quatuor de femmes élégantes qui commandent Quincy ou Pic Saint-Loup ne prête guère attention au couple de septuagénaires qui vient de pousser la porte guettant, soucieux, une table disponible. Sains craindre la fausse note, une enseignante peut y corriger ses copies d’histoire médiévale quand son voisin de table prépare pour la 4ème fois un business plan qui doit convaincre les investisseurs de miser sur son projet de développement de liquides de refroidissement pour l’alimentation numérique des éoliennes sous-marines. Le café comme passage de témoin entre savoir académique et post-économie.

Passant lui-même de la lecture du Monde papier à la considération de ce monde en pied, le Dandy établit passerelles et parallèles. Quand Stéphane Bern, rapporté par Abel Mestre, affirme que « le patrimoine n’a pas de parti, il appartient à la nation française », le Dandy ne peut que plaider en écho : le Café du Passage fait, lui, partie du patrimoine Nantais. Tout comme Jules Verne. C’est pourquoi le Dandy est à 20.000 lieues sous les verres de monter une incroyable duperie, contée par Raphaëlle Rérolle, de celle imaginée par le sieur Lhéritier Gérard et sa société Aristophil qui fit miroiter à de naïfs opulents et de riches besogneux la possibilité d’acquérir (virtuellement) manuscrits d’écrivains et fragments de testaments politiques d’obscurs monarques. Ils y ont, au passage, perdu fortune et dignité. À tous ces malheureux : laissez passer ces P’tits Papiers et venez vous refaire La Cerise (deux boutiques adjacentes fétiches du Dandy) dans un café qui sait marier chaleur, joie de vivre et bonheur d’être Nantais. Vous verrez : ça passe crème comme un café.

Aimez et partagez cet article sur les réseaux sociaux :

21 novembre 2017